Spread the love

Tout est joué. Il n’y a plus rien à espérer des actuels dirigeants. Pourtant, ce sont des hommes et femmes bien entretenus avec l’argent des contribuables. Ils avaient pour mission de travailler à l’amélioration du bien-être de la population, mais font le contraire.

Qu’ils soient parlemtaires, ministres, directeurs généraux, ou qu’il s’agisse du président de la république, Jovenel Moïse, ils envoient un message clair: sauve qui peut. Car, aussi étonnant que cela puisse paraitre, eux aussi tentent de sauver leur peau.

D’un côté, il y a le président de la république qui n’inspire pas confiance. En deux ans, il n’a tenu une seule promesse de campagne. Il mulpitplie ses mensonges, provoque, insulte ses adversaires politiques, et ne fait que répéter qu’il veut combattre le système. Le Pays fait peur. Même Jovenel Moïse craint. Il fuit, lui aussi, certaines zones, à cause de l’insécurité. Pourtant, plusieurs unités de la Police Nationale d’Haïti sont à sa disposition. Mais, il a peur. Il a tellement peur, qu’il fait appelle à des étrangers pour sa sécurité. Et, cérise sur le gateau, il fait revouvrir sa chaise avant plusieurs cérémonies officielles. En clair, Jovenel Moïse vit avec la peur dans le ventre.

D’un autre côté, il y a les officiels. Ils sont Payés aujourd’hui pour provoquer une population, qui attendaient vainement leurs résultats. À défaut de pouvoir agir contre la mal, ils fuient leurs espaces. Le bicentenaire est livré aux mains de bandits armés. Sauve qui peut! car, Carl Murat Cantave, le président du sénat de la république l’avait dit: les parlementaires ne vont pas laisser leur peau au bicentenaire. De plus, y rester vivre est un choix. Il s’en fout du reste de la population.

Aujourd’hui, la population est sans autorités auprès de qui se plaindre. Personne ne la protège. L’État agit, quand c’est l’international qui fait pression, ou quand les intérêts du blanc est menacé. La police est efficace, quand il y a une note de l’ambassade americaine qui dit prendre au serieux les menaces de l’ancien député Arnel Bélizaire contre les locaux de l’ambassade. Moins d’une semaine, Arnel Bélizaire n’est pas en mesure de proférer des menaces. Il est arrêté. Mais, que fait la police face au cri des milliers de pères et mères de damille en difficulté à La Saline, au Bel air? Pourquoi Fedenel Monchéry et Pierre Richard Duplan sont libres de tout mouvement?

Nous sommes aujourd’hui des brebis sans berger. Le paturage est libre d’accès aux loups et lions. Les bergers s’enfuient se réfugier là où ils pensent que les loups et lions ne peuvent les atteindre. C’est donc chacun pour soi! En conséquence, il faut sauveur sa peau, quelque soit les moyens.

Fanel Delva

Crédit Photo: Google

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *