Spread the love

 

                       Crédit Photo: Google

Avec la création cette nouvelle commission, c’est est la preuve évidente que le président se ridiculise. Même s’il ne veut pas l’admettre au grand jour, Jovenel Moïse sait que le dialogue est impossible aujourd’hui. Le président de la république veut, une fois de plus, montrer aux « blancs » sa volonté de dialoguer. Mais, il agit comme si ces « blancs » ne suivent pas les infos en Haïti, et qu’ils ne savent pas déjà la position de l’opposition et du peuple haïtien.

Jovenel Moïse veut se comporter en renard. Il se croit plus malin que tous. Il se croit capable de jouer sur le temps. Il pense avoir le contrôle du temps. Cependant, il oublie que c’est le temps qui avait révélé qu’il était un menteur. Plus de 24 mois plus tard, la promesse de l’électricité 24/24 n’est pas tenue. Il oublie que c’est le temps, qu’il ne contrôle pas, qui avait révélé son implication de la dilapidation des fonds Petrocaribe. Donc, le temps est déjà contre lui.

Il avait fallu du temps au peuple haïtien pour comprendre que l’élection de Jovenel Moïse était un complot contre la nation toute entière. Le peuple comprend, enfin, qu’il n’y a pas plus de temps à perdre. D’une part, la population haïtienne se réveille. D’autre part, le secteur démocratique et populaire maintient sa position : pas de dialogue avec Jovenel Moïse, qui doit partir sans délai. D’ailleurs, même si l’opposition voulait dialoguer, le peuple serait toujours contre ce dialogue. Donc, le départ de Jovenel Moïse est la revendication de presque tous les secteurs. Même ses amis de la société civile le lâchent. Ils ne pipent mot. Impossible de le défendre.

La population comprend aujourd’hui que Jovenel Moïse joue la politique de l’usure. Voilà pourquoi, au lieu de manifester tous les jours, elle attend le mot d’ordre des leaders de l’opposition. En attendant, dans chaque quartier du Pays, des membres de la population s’organisent. Ils bloquent les rues, les ponts, tous les grands axes. C’est une façon pour eux de défier Jovenel Moïse, et l’affaiblit de jour en jour.

L’opposition démocratique, quant à elle, comprend qu’il est impossible de faire marche arrière. Ayant été victime du bluff du président de la république, et devant l’évidence de corruption dans laquelle est impliqué le chef de l’État, elle ne peut rien négocier avec lui. Dénoncer la corruption et dialoguer avec Jovenel Moïse aurait été un non sens.

Tout le monde peut comprendre le jeu du président de la république. Aujourd’hui, Jovenel Moïse est face à son destin. Il avait semé le mensonge, aujourd’hui, il récolte la colère de tout un Pays. Un peu de lucidité devrait pousser le chef de l’État à comprendre que le mieux à faire est de tirer sa révérence. Si c’est le peuple qui donne le pouvoir, il faut le lui rendre, s’il le demande. Tout homme responsable et doté de bon sens comprendrait cette logique élémentaire.

Haïti sombre dans le chaos, mais Jovenel Moïse ne le sait pas, puisqu’il ne vit pas en Haïti et n’écoute que lui-même. Donc, Il vit loin de la réalité du Pays. Il ignore si l’école est fermée depuis quatre semaines. Jovenel Moïse, aveuglé par le pouvoir, refuse de comprendre que certains quartiers sont au contrôle total de bandits armés. Son aveuglement va jusqu’à l’empêcher de voir que le Pays entier souffre à cause de sa présence. Jovenel Moïse vit tout simplement dans son Haïti, dans l’illusion qu’il peut avoir, une fois de plus, le contrôle d’un Pays qui lui échappe depuis le 18 Novembre 2018.

Fanel Delva

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *