Spread the love

Le photographe Chery Dieu-Nalio et un citoyen sont blessés par balle sur la cour du sénat de la république ce 23 Septembre 2019. Des militants envahissent l’espace. Objectif : empêcher la tenue de la séance de ratification de l’énoncé de politique générale de Fritz William Michel. Le sénateur Jean Marie Ralph Féthière se sert de son arme et tire à hauteur d’homme.

Par Fanel Delva

8 heures du matin, nous sommes devant le parlement haïtien. La sécurité est renforcée. Les périmètres de sécurité sont établis. Des policiers de plusieurs unités de la PNH montent la garde. L’accès au sénat de la république est restreint. Seuls les employés et les journalistes accrédités y ont accès.

Les minutent s’égrènent. Des militants arrivent. La petite foule grandit peu à peu. Venus de plusieurs quartiers de Port-au-Prince, ils commencent à cracher leur colère, face aux sénateurs proches du pouvoir, et au président de la république, Jovenel Moïse. « Ils faut que Jovenel partent » exigent-ils.

Sur la cour du sénat de république, des sénateurs sont déjà présents. Les vrombissements des grosses cylindrées retentissent. Les parlementaires attendent le premier ministre nommé, Fritz William Michel, et les membres de son cabinet. Entre temps, des sénateurs de l’opposition ne lâchent pas d’une semelle Carl Murat Cantave. Le président du grand corps subit un marquage à la culotte, à l’instar de n’importe quel défenseur face à Lionel Messi. Les opposants ne veulent pas être pris d’assaut. Ils veulent contrôler les moindres faits et gestes du sénateur de l’Artibonite, indexé comme un proche de Jovenel Moïse.

Au salon diplomatique du sénat de la république, c’est le chaos. Des vitres sont cassés. Et pire encore, des traces de matières fécales y seraient constatées. C’est l’œuvre d’individus non-identifiés.

Il est déjà 9 heures du matin. À l’entrée du parlement, les militants attendent, s’échauffent, chantent, mais aussi provoquent. À l’arrivée de chaque sénateur proche du pouvoir en place, les militants expriment leur désaccord, leur frustration. « Voleur, voleur, voleur », scandent-ils. Certains dénoncent que des milliers dollars soient gaspillés dans des futilités, alors que des familles crèvent de faim. « Ils sont trop méchants. Pas de séance aujourd’hui. Aucun sénateur ne va pénétrer l’enceinte du sénat de la république », préviennent ces gens frustrés.

La tension monte un peu. Des militants chauffés à blanc, bandes de « rara » en renfort,  continuent de manifester devant le parlement. Visiblement, ils se montrent déterminés à aller jusqu’au bout. « Aujourd’hui, pas question de fuir. Il faut se battre », martèle l’un d’eux.

Quelques minutes plus tard, des militants défient les forces de l’ordre. Ils pénètrent l’enceinte du parlement, avec l’aide du sénateur Nenel Cassy. Cris de colère, jets de pierres en direction de certains véhicules, ils courent dans toutes les directions. « Mare yo, mare yo, mare yo, mare yo, mare Vòlè pou mwen », chante un petit groupe. Chaque sénateur proche du pouvoir croisé sur la cour du sénat de la république est injurié. Ils s’en prennent au sénateur du Nord-Est, Jacques Sauveur Jean. Ils le traient de « Masisi » (Gay). Certains s’attroupent autour du sénateur Jean Marie Ralph Féthière, et l’agressent. Et c’est à ce moment que le parlementaire sort son arme et tire à hauteur d’homme. Quelques minutes plus tard, on rapporte que le journaliste photographe de l’agence Associated Press, Chery Dieu-Nalio, est blessé.

Willot Joseph, lui aussi, est agressé. Arme à la main, le sénateur du Centre ne réagit pas. « Willot, voleur de voiture », crient des militants, avant de traiter de dealer de drogue et Garcia Delva et Jean Hervé Fourcand.

C’est pour la deuxième fois que des militants pénètrent l’enceinte du parlement haïtien, afin d’empêcher la tenue de la séance de ratification de l’énoncé de politique générale de Fritz William Michel. Rien n’est encore dit sur la nouvelle date de la séance. Mais, des informations font état de la volonté du président du grand corps, Carl Murat Cantave, à tenir la séance ce 23 Septembre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *